in

Comment faire face aux nuisibles pour protéger sa production en agriculture

L’un des défis auxquels sont confrontés les producteurs agricoles est la protection de leurs cultures. En effet, de nombreux insectes et rongeurs nuisent à la production agricole. Il est donc capital de les éloigner de son champ pour un bon rendement. Il existe plusieurs méthodes de lutte contre les nuisibles de l’agriculture. Les meilleures solutions sont celles naturelles, ne nécessitant pas l’usage de produits chimiques dangereux pour la terre ou pour l’homme. Voici quelques astuces qui pourraient vous aider à lutter efficacement contre les nuisibles en vue de protéger votre production en agriculture.

Protection des cultures : les pièges à campagnols et insectes

Le campagnol fait partie des nuisibles les plus dangereux pour la production agricole. De même, il est un vecteur de transmission de plusieurs maladies, aussi bien aux autres animaux qu’aux hommes. Au nombre de ces maladies se trouvent la peste, la rage, la tularémie, la trichinose, etc.

Le campagnol vit la plupart du temps sous la terre. Ainsi creuse-t-il des galeries sous les cultures pour les attaquer par les racines. Il détruit essentiellement les carottes, les poireaux, les pommes de terre, les navets, les arbres fruitiers, etc.

Le campagnol est en mesure d’infester en quelques semaines tout un potager, un jardin ou un champ. De fait, il a une gestation rapide de 3 semaines et atteint la maturité en 4 semaines. La femelle du campagnol peut avoir six portées de cinq petits en une année. Vous imaginez donc le nombre de campagnols qui pourraient envahir en peu de temps vos plantations !

Astuces pour piéger le campagnol ou réduire son impact

On ne parvient à arrêter la pullulation du campagnol qu’en employant des solutions draconiennes. C’est ainsi que des pièges à campagnols et insectes sont créés par des spécialistes en protection de la production agricole.

Ce sont des dispositifs tout à fait naturels qui permettent de réduire considérablement le nombre de nuisibles en les éliminant ou en les éloignant des champs. Afin d’optimiser les pièges à campagnols, vous devez déjà assainir votre espace de culture.

Pour ce faire, vous pouvez couper les herbes hautes pour rendre visibles les campagnols à leurs prédateurs naturels. Parmi ces derniers, on compte le renard, la chouette, la crécerelle, la belette, le hibou moyen-duc, etc.

En outre, avec des grillages, vous pouvez protéger les racines des arbres fruitiers des ravages des campagnols. Veillez aussi à ramasser au plus tôt, en fin de saison, les fruits et légumes qui traînent au sol. Il en est de même pour la paille qui ne doit pas rester longtemps au pied des arbres.

En plus du piège à campagnol, vous pouvez installer un abri à mustélidés. Cette mesure permettra de limiter les naissances dans le rang des campagnols. Si vous avez un chat, vous pouvez le laisser se promener de temps en temps dans l’espace de culture pour chasser les campagnols.

Une autre astuce pour éloigner le campagnol des cultures est de faire usage de répulsifs. Dans cette optique, nous vous recommandons des répulsifs naturels. Vous pouvez ainsi cultiver des plantes comme la fritillaire impériale.

Le parfum qui émane de cette plante herbacée est désagréable pour le campagnol, qui s’éloigne de l’environnement. La cendre constitue aussi un assez bon répulsif pour ce nuisible. Pour faire fuir le campagnol de son trou, vous pouvez aussi y mettre du purin de sureau, du tourteau de ricin, de l’ail ou encore des copeaux de thuya.

Pour préparer du purin de sureau, vous aurez besoin de feuilles de sureau fraîches et d’eau. Prenez 100 g de feuilles pour 1 litre d’eau. Trempez les feuilles de sureau dans l’eau pendant une journée. Ensuite, faites bouillir les feuilles durant 30 minutes. Laissez refroidir la décoction avant de la faire couler dans les galeries des campagnols.

Insectes ravageurs : utiliser les pièges à insectes pour s’en débarrasser

À côté des rongeurs tels que le campagnol, certains insectes comme la mouche de l’olive et la drosophile sont de grands ravageurs des productions agricoles. Pour les combattre efficacement sans hypothéquer l’équilibre de la biodiversité, le piège s’avère la solution la plus indiquée. Ainsi, différents types de pièges peuvent être utilisés en fonction de l’espèce ciblée.

Pour lutter contre les mouches drosophiles qui dévastent les arbres fruitiers, vous pouvez utiliser un piège à trois trous d’ouverture sur les côtés. Ce piège, mis au point par des spécialistes de la lutte contre les nuisibles, renferme un liquide attractif pour les insectes.

Il comporte un cône transparent permettant l’entrée des insectes, mais empêchant leur sortie. Le liquide attractif est à remplacer tous les quinze jours.

Voici un autre insecte ravageur que vous devez éloigner de votre champ pour protéger votre production agricole : le papillon de la processionnaire du pin. Vous pouvez vous en débarrasser à travers deux méthodes : le piège à collier et le piège à cuve vert.

Le piège à collier doit être placé à la mi-février et se fixe sur le tronc de l’arbre. Il élimine les chenilles processionnaires du pin. Quant au piège à cuve vert, il est à mettre en place en juin. Il permet de piéger plusieurs centaines de papillons processionnaires du pin. Il s’agit d’un petit cylindre contenant de la phéromone très attractive.

Que vous soyez arboriculteur, vigneron ou producteur de céréales ou de légumes, vous aurez à affronter différentes espèces d’insectes ravageurs. Il est possible aujourd’hui de protéger votre production agricole avec des capsules à phéromones.

Pour les petits producteurs, c’est une solution pour jardiner sans pesticides de synthèse, comme l’impose la loi Labbé. La phéromone est une substance qui attire énormément les insectes. Elle constitue donc le meilleur appât pour les piéger. Les capsules à phéromones sont à mettre dans les pièges à insectes.

Certaines capsules à phéromones peuvent être conservées pendant 6 mois, tant qu’elles ne sont pas installées dans les pièges. Pour la conservation, vous devez les garder dans leur emballage et les mettre au réfrigérateur.

Vous trouverez sur le marché des capsules changeables toutes les 6 semaines, ou toutes les 5 semaines s’il y a une forte chaleur. Pour les pièges, le choix des capsules à phéromones doit être fonction des espèces d’insectes à capturer. L’avis d’un spécialiste en piège à phéromone vous sera donc utile avant l’achat.

Written by Popstraw

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prendre soin de sa peau au naturel

Peau sèche et calcaire, mauvais ménage ?